Qui étaient les personnes internées?

0
femmes
0
enfants
0
hommes
0
Personnes dans les camps

civils 65 %

Prisonniers de guerre 35 %

les personnes détenues, à l’époque, étaient classées comme

5,954 austro-hongrois (tchèques, slovaques, ukrainiens)
2009 allemands
205 turques (sujets de l’empire ottoman)
99 bulgares
312 divers

À l’époque, la définition des termes « Allemand » et « Austro-Hongrois » comprend un grand nombre de personnes qui ne s’identifient pas nécessairement comme étant d’origine ethnique allemande, autrichienne ou hongroise.

Mis à part l'irritation naturelle résultant d'une privation de liberté, la disposition générale des détenus témoignait d’une acceptation philosophique de la situation, dans la mesure où un bon traitement était assuré.

Général William Otter, commandant des opérations d’internement 1914-1920 dans Internment Operations, 1914-1920.

85 000

Le nombre de civils enregistrés comme ‘étrangers ennemis’ n’étaient plus autorisés à quitter le pays et devaient régulièrement se signaler aux autorités.

Le 15 août 1914, le Parlement adopte la « Proclamation Respecting Immigrants of German or Austro-Hungarian Nationality » permettant l’arrestation d’Allemands et d’Autrichiens de souche soupçonnés de menacer la sécurité nationale. La Loi sur les mesures de guerre reçoit le sceau royal le 22 août 1914. Elle donne au gouvernement Borden le pouvoir de gouverner par décrets et de suspendre les libertés civiles au nom de la sécurité nationale.

Deux prisonniers au camp d’internement de Spirit Lake, en Abitibi (Québec) [1914-1920], Bibliothèque et Archives Canada, PA-170451